Le Maroc de Rabat au sud Marocain

Mis à jour : nov. 14

Nous avons passé plus d’un mois à parcourir le royaume du Maroc. Je vous propose un autre regard sur cette destination : des visites qui vont de Rabat à Agadir en passant par Mecknes, Taroudant, Safi, Essaouira… Avec ses palais entourés de somptueux jardins, ses médinas, ses souks animés au parfum d’épices, ses rues bourdonnantes de passants, le Maroc nous envoute par sa culture et l’hospitalité remarquable de ses habitants.

Rabat & Salé, de chaque coté du Bouregreg,

Avec la visite de Rabat, la capitale du pays, une destination dépaysante et attractive, La casbah des Oudaïas, un site remarquable inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco avec ses murailles qui abritent un jardin Andalou.  Le Mausolée de Mohammed V et la Tour Hassan.  Le site de Chellah, construit sur une ancienne cité romaine. Salé, dont le charme est dû aux ramparts qui entourent la vieille ville.

Rabat, la capitale du Maroc, est une destination dépaysante et attractive. Notre 1ère escale dans les villes de Rabat et de Salé nous laisse d’excellents souvenirs ! Découvrez nos conseils de visites.


La casbah des Oudaïas : Nous commençons nos visites par la casbah des Oudaïas, un site remarquable inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. En arrivant au pied du village, nous tombons sur une muraille qui abrite un jardin Andalou. A l’intérieur, il fait frais, l’espace est aménagé avec une belle variété d’arbres et de fleurs et de quelques mosaïques. Les fortifications sont constituées d’une citadelle du 12ème siècle qui protégeait Rabat de ses ennemis. A ses pieds, se trouve une immense plage où les habitants de Rabat profitent des plaisirs de la mer. Se promener à l’intérieur de la casbah des Oudaïas constitue un véritable enchantement. Avec ses ruelles et ses maisons peintes en bleu et blanc, on se croiraient sur une petite île grecque des Cyclades.


Rabat, capitale du Pays :

C’est une ville plutôt moderne avec immeubles et tramway mais qui bénéficie, tout de même, de quelques vestiges d’un autre temps comme les remparts de la médina.

Autres visites incontournables à Rabat : le Mausolée de Mohammed V et la Tour Hassan. Nous sommes arrivés au moment de la relève de la garde, un instant de pure tradition royale.

A proximité du quartier des ambassades et du palais royal, le site de Chellah est construit sur une ancienne cité romaine dont les murailles dorées font face à celles de Rabat. C’est un havre de paix, seul le bruit du bec des cigognes nichant sur les vestiges rompt le silence.

Les cigognes donnent à ces ruines un charme fou, nous adorons ! C’est notre coup de cœur des visites de Rabat !


Salé :

Son charme est dû aux ramparts qui entourent la vieille ville. Ils contrastent avec le tramway qui passe à ses pieds. Nous avons arpenté pendant pas mal de temps la médina et le souk de Salé, lieux de ballade et d’approvisionnement pour les plaisanciers. L’endroit n’est pas touristique et l’immersion dans l’ambiance du Maroc traditionnel est totale.

En haut de cette casbah, il y a la grande Mosquée mais son entrée nous est interdite. Moyennant quelques dirhams, nous avons pû visiter la Médersa, juste à coté. Dans ce monument, on enseignait le Coran aux enfants qui étaient enfermés dans des cellules pour méditer sur les écritures saintes…


Meknes et Fes

Dans nos voyages, nous préférons les endroits moins touristiques, c’est la raison pour laquelle, lors de notre séjour au Maroc, nous avons renoncé à la visite de Marrakech beaucoup trop fréquentée. 

Parmi les 4 villes impériales du Maroc, nous avons choisi de visiter Fés et Mecknes 2 villes à découvrir.

Mecknes, la moins connue : Pourtant, elle a tout d’une grande avec son palais Royal, ses monuments exceptionnels et sa Médina qui bénéfice d’une atmosphère détendue et calme.

On dit que l’endroit qu’il ne faut pas rater à Mecknes, c’est le Mausolée de Moulay Ismaïl, l’ancien monarque du Maroc. Il y à aussi  la porte Bab Mansour, qui marquait l’entrée du palais impérial, elle est très impressionnante, c’est aussi la plus grande porte du Maroc.  En face, la vaste place Lahdim qui regroupe les marchands de poteries multicolores. Comme ailleurs au Maroc, la médina est un vrai labyrinthe de ruelles étroites. Contrairement aux villes plus touristiques, on n’y est pas trop sollicité. Il suffit de s’y perdre sans but réel pour s’imprégner de l’ambiance de son artisanat. .Le roi Moulay IsMail avait décidé de faire de Mecknes le “Versailles” de l’Orient et lla ville est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Fès, la nouvelle Marrakech : IL faut y voir la Médina et le quartier des tanneurs qui ont fait la réputation de la ville.

Les tanneries forment une enclave au sein de la Médina. A moitié immergés dans les cuves, les tanneurs empoignent à pleines mains les peaux pour les nettoyer, les sécher puis les teindre ! Un processus qui se déroule suivant des pratiques d’un autre temps comme nous l’indique la forte odeur d’ammoniaque.  Dans la médina, les étals des marchands se succèdent : On ne sait plus où regarder tant les odeurs et les couleurs nous invitent de toutes parts ! Les marchands hèlent les clients, ça grouille de partout et les ânes transportent hommes et marchandises. C’est dans ce labyrinthe que vous trouverez les artisans et toute l’authenticité du Maroc.

On dit de Fès que c’est la nouvelle Marrakech.  La ville ne manque pas d’attraits, elle fait partie des grandes cités légendaires du monde arabe au même titre qu’Istanbul, Bagdad ou Jérusalem.

Taroudant express

Lors de notre virée dans le sud du Maroc, nous avons fait la visite express de Taroudant.

Préservée du tourisme de masse, Taroudant ressemble à s’y méprendre à Marrakech il y a 20 ans. On la surnomme d’ailleurs “La Petite Marrakech”. Ces remparts impressionnants de plus de 6 Km de long constituent la principale particularité de la cité. Faire le tour de ses fortifications en calèche est l’attraction phare de la ville. Ses murs comptent près de 130 tours et 10 portes d’entrée, parfois très anciennes. Rénovés régulièrement depuis 5 ans, les remparts retrouvent progressivement toute leur noblesse d’antan même si certaines parties restent encore à entretenir.

L’Authenticité de cette ville berbère se ressent bien à l’intérieur des murailles, ruelles étroites, peu de circulation et de touristes : dépaysement garanti ! Ici, on sent bien la générosité de l’accueil des Marocains, vous ne ferez pas 100 mètres sans recevoir un « salut”.

Au détour d’une rue, nous sommes tombés sur une des nombreuse pâtisseries ce qui ravie notre gourmande de biscuits aux amandes.

Nous avons passé la soirée à quelques KM de la ville dans un très beau riad que nous vous conseillons.

De Mohammédia à Safi

Nous vous recommandons une visite ou un séjour à El Jadida. La ville est peu fréquentée par les touristes occidentaux et incarne bien le Maroc authentique que nous apprécions. Si vous aimez les sardines grillées, c’est à Safi que vous devez aller ! A Cassblanca, ne manquez pas la Mosquée Hassan II.


Essaouira

Essaouira est un port de pêche très actif et ses remparts lui donnent des allures de repaire de corsaires. Si on on oublie un instant la population, on pourrait se croire à St Malo, en Bretagne, tellement les fortifications se ressemblent ! découvrez cette cité Marocaine au patrimoine unique dans ce reportage.

A Essaouira, l’atmosphère est incroyable ! ça grouille de toute part comme au marché aux poissons où les pêcheurs vendent directement aux consommateurs.

A l’ombre des chalutiers au sec, dans une bonne ambiance, on déjeune en famille ou entre amis.

Un peu plus loin, les jeunes considèrent le port un peu comme une piscine et y plongent joyeusement.

Au coeur de la médina, on se « balade » à pied… elle a été classée par l’Unesco, ce qui a permis le financement de belles restaurations. Les boutiques des rues commerçantes proposent beaucoup d’articles pour les touristes : artisanat du bois, bibelots, céramiques et tapis… on y trouve même des épices aux vertus un peu particulières ! Il reste tout de même des commerces plus traditionnels où les locaux, comme les touristes, profitent, entre autres, des figues de barbaries ou des pâtisseries orientales.

La promenade le long des remparts est l’un des incontournables d’Essaouira… c’est l’occasion de faire de jolies photos tout en profitant des vues sur la ville.


Au fil du temps, les artistes d’Essaouira, influencés dans les années 70 par l’afflux des occidentaux, ont développé un style naïf bien particulier, on trouvent leurs toiles dans les galeries et les boutiques de la ville.


La lumière et la beauté de la ville ont inspiré toute une génération d’artistes et même, si la population augmente en été, Essaouira a su conserver son caractère, les touristes lui préférant Agadir pour son climat plus tempéré. La ville est pleine de vie, le port de pêche, les remparts, comme la médina, sont autant fréquentés par les habitants que par les touristes. Nous y avons fait escale au mois d’août, mais je pense que l’hiver est la saison la plus propice pour découvrir Essaouira lorsque le vent « hurle » et que les vagues s’écrasent sur les remparts.

Agadir et le sud Marocain

Agadir se trouve dans le Sud du Maroc, sur la côte Atlantique, dans la région Souss-Massa-Drâa. Elle est située à 170km d’Essaouira et à 550km de Rabat.

Avec 340 jours de soleil par an et une baie magnifique sur l’océan Atlantique, Agadir est une usine à touristes avec une grande quantité d’hôtels et de locations.

Ici, pas de Grande Mosquée comme à Casablanca, pas de médina comme à Mecknes ou Fes, pas de monuments historiques…

Mais, Agadir est un excellent point de chute pour partir à la découverte du sud Maroc comme nous le montre cette vidéo.

Les chèvres qui grimpent aux arbres : Sur la route à proximité d’Agadir, nous faisons une rencontre dépaysante avec cet étonnant troupeau de chèvres qui grimpent dans les argandiers pour en déguster les fruits.

Les gorges Ait Mansour et l’Oasis   : Nous voici aux gorges Aït Mansour, de gros rochers qui semblent posés en équilibre. Au bout de la route, nous découvrons une oasis avec ses palmiers et son petit cours d’eau, c’est magnifique ! nous nous régalons à photographier cet écrin de verdure au milieu de cette région désertique.

A Agadir, notre séjour a été marqué par la rencontre de Mohamed, un chauffeur de taxi, qui nous a invité, en toute simplicité, à partager chez lui, en famille, un couscous… un moment inoubliable ! Grace à lui, nous nous sommes mêlés aux locaux, avec nos caméras, pour la visite d’un marché traditionnel où légumes et fruits sont vendus en gros. Ces images nous montrent combien la terre Marocaine est riche et permet de belles récoltes. Nous avons, également, pu accéder au marché aux bestiaux, une ambiance qui nous semble d’un autre temps avec des pratiques où le bien être animal n’est pas être une préoccupation première !


Peut on encore aller au Maroc en toute sécurité ?

Peut on encore aller au Maroc ? la question se pose !

A 3 heures de vol des principales villes européennes, le Maroc est un pays aux contrastes divers et aux reliefs très diversifiés avec des montagnes qui couvrent 100.000 Km2. Le Haut Atlas, point culminant de l’Afrique du Nord, avec 4 165 m se prête volontiers aux activités touristiques.

Au niveau de sa façade maritime, le Maroc possède d’une côte sur la méditerranée et une autre sur  l’atlantique. Les amateurs de plages, de sports nautiques en tout genre y trouveront forcément leur bonheur !


Le circuit des villes Impériales, Rabat, Fes, Meknes et Marrakech s’impose. Beaucoup de sites sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Le Maroc est un pays tempéré où le soleil est chaud durant toutes les saisons de l’année.

L’architecture et la culture Marocaine sont riches. Il faut admirer les zelliges, les stucks, les moucharabiehs (des treillis en bois sur les fenêtres). Il faut sentir les odeurs des étals d’épices ou bien celles des parterres de roses… Ce pays fait vibrer tous les sens, un pays où il fait bon vivre et où l’accueil est remarquable.


| reporteurs.com@gmail.com | France | Tel : +33 1 75 15 12 37  | GSM : +33 6 33 84 74 14 

  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc
  • Icône YouTube blanc
  • Icône Twitter blanc